La tempête atteint les côtes du Mexique.
Après sa formation la semaine dernière dans le Golfe du Mexique, la tempête Arlène vient de toucher la côte Est du Mexique. Elle fait ainsi écho au cyclone Beatriz qui avait frappé le pays par la façade Pacifique Nord la semaine dernière.

Des précipitations diluviennes
Bien qu’elle n’ait pas évoluée en cyclone, la tempête a amené des orages violents et des cumulus de pluie supérieurs à 110 mm. En raison des vents puissants (près de 100 km/h) la côte mexicaine a été placée en état d’alerte, a indiqué tôt dans la journée de jeudi le Centre national des ouragans américain (NHC). La houle cyclonique a atteint les 8 mètres de hauteur submergeant par endroits le littoral.

Une situation assez inquiétante.
Le Centre des ouragans estime cependant que la tempête devrait se dissiper d’ici à la fin de journée. Mais Arlène pourrait générer de fortes pluies dans l’est et le nord-est du Mexique. Elle se dirige également vers une zone fragilisée par des incendies et l’érosion des terrains. Le gouvernement craint des inondations et des coulées de boue meurtrières. Près de 210 000 personnes dans six Etats différents risquent d’être touchés. Pemex, la compagnie pétrolière mexicaine, a d’ores et déjà placé ses installations dans le golfe du Mexique en alerte. L’année 2010 aurait connu, selon le gouvernement mexicain, la saison des pluies la plus dévastatrice avec près de 125 morts, un million de sinistrés et des pertes à hauteur de 4 milliards de dollars.

La saison des cyclones est pour le moment calme.
Pour l’heure, aucun autre phénomène n’a été recensé dans le Pacifique ou l’Atlantique Nord. La saison cyclonique débute habituellement en juin dans l’océan Atlantique Nord. Elle se caractérise par la formation d’ouragans et de cyclones. C’est pourtant la première fois depuis 2004 que la situation est aussi calme à la fin du mois. Mais c’est traditionnellement à partir de fin juillet que l’activité cyclonique se renforce.