Le biocontrôle utilise des mécanismes et interactions naturels visant à lutter contre les bioagresseurs sans utiliser de produits chimiques sur les végétaux. Zoom sur une alternative intéressante et durable à l’utilisation des produits pesticides.

Le biocontrôle se définit par « un ensemble de méthodes de protection des végétaux basé sur l’utilisation de mécanismes naturels », pour une agriculture moins dépendante des pesticides.

Utilisés seuls ou associés à d’autres moyens de protection des plantes, les produits de biocontrôle permettent de lutter contre les bioagresseurs tout en tenant compte des exigences écologiques de respect de l’environnement et de la biodiversité.

Le biocontrôle utilise différentes catégories de produits :

  • Les macro-organismes : insectes, nématodes...
  • Les micro-organismes : virus, bactéries ou champignons
  • Les médiateurs chimiques : phéromones
  • Les substances naturelles d’origine végétale, animale ou minérale : extraits de plantes, huiles, soufre…

Pour favoriser leur développement, les produits de biocontrôle (qui figurent sur une liste établie par le ministre chargé de l’agriculture) bénéficient de réglementations moins strictes :

  • Ils ne sont pas sujets à l’interdiction de publicité commerciale ;
  • Ils sont exemptés de l’obligation d’agrément phytosanitaire pour l’application ;
  • Ils ne sont pas soumis à l’obligation de réduction des usages (dans le cadre de la mise en place des certificats d’économie de produits phytosanitaires [CEPP]) ;
  • Ils peuvent être utilisés dans les espaces verts et les espaces de promenade accessibles ou ouverts au public ;
  • Ils sont accessibles en vente libre pour tous les utilisateurs, dont les particuliers, s’ils portent la mention dite EAJ (emploi autorisé dans les jardins).