La réforme des retraites doit permettre de fusionner les 42 régimes existants pour créer un système universel unique. Avec ce projet, il y aura des gagnants et des perdants ; la donne devrait aussi changer pour ceux qui envisagent de "faire carrière".

Une belle carrière n’est plus synonyme de bonne retraite

La réforme des retraites est un dossier long, épineux et douloureux… Alors que le Premier ministre, Édouard Philippe, a présenté début septembre la méthode de réforme des retraites pour nous rassurer, Capital, nous apprend aujourd’hui une mauvaise nouvelle. En effet, avoir une belle carrière professionnelle pourrait s’avérer pénalisante.

Pour en tirer de telles conclusions, le magazine s’appuie sur une enquête réalisée par l’Observatoire français des conjonctures économiques. Publiée le jeudi 19 septembre, elle part d'un cas particulier, l’étude de la carrière complète d’un salarié du privé, et la compare à d’autres profils, pour illustrer ses propos. Selon l'un des quatre auteurs, la réforme des retraites « va créer une redistribution des carrières dynamiques vers les carrières déclinantes » lit-on dans les colonnes de Capital

Fini les annuités et la prise en compte des 25 meilleures années

« Un actif qui commence à 80% du plafond de la Sécurité sociale et qui termine à 100% sera moins bien traité que celui dont le salaire est toute sa vie à 90% du plafond ou qui part de 100% pour atteindre 80% en fin de carrière » rapportent nos confrères de Capital. Une des raisons tient du fait que le futur système de retraite sera non plus un système par annuités, comme c’est le cas aujourd’hui, mais un système par points.

Par ailleurs, le futur système de retraite ne prendra plus en compte, pour le calcul de la pension, les 25 meilleures années sur l’ensemble de la carrière. Une mauvaise nouvelle pour laquelle les auteurs de l’étude proposent une solution intermédiaire. « On ne prendra pas vos 25 meilleures années en 2025 mais on va pondérer la durée de cotisation dans l’ancien système. Pour faire simple, si vous avez cotisé à 50 % dans l’ancien système on ne prendra pas 25 mais vos 12 meilleures années, ce qui est donc plus généreux » nous apprend Capital.