L'Agence du médicament souhaite réduire les risques de surdosage en paracétamol, ibuprofène et aspirine en interdisant leur accès en pharmacie. Ces médicaments ne seront bientôt plus disponibles que sur ordonnance.

Limiter les risques de surdosage

Certains médicaments comme le Doliprane, l'aspirine ou l'Advil pourraient bientôt n'être accessibles que sur ordonnance. C'est ce que souhaite l'ANSM, l'Agence du médicament pour limiter les risques associés au mauvais usage de ces molécules. 

Cette mesure pourrait entrer en vigueur dès janvier 2020 et permettre ainsi de « sécuriser l'utilisation de ces médicaments ». De nombreuses erreurs sont, en effet, commises lors de la prise de ces médicaments en automédication. Alors que la dose maximale est de 3 grammes en 24 heures, certains abusent de ces médicaments jusqu'à provoquer un surdosage.

Les dangers de ces médicaments

Ingéré en trop grande quantité, le paracétamol est toxique pour le foie. Même si ce médicament est efficace lorsqu'il est bien utilisé, le paracétamol est le première cause de greffe hépatique d'origine médicamenteuse. Un message devrait également bientôt apparaître à ce sujet sur les boîtes de paracétamol. 

De même, l'ibuprofène, mais aussi l'aspirine, sont dangereux pour les femmes enceintes. Ces médicaments peuvent être néfastes pour le foetus et entraîner des risques de complications rénales et cardio-pulmonaires. En cas de varicelle chez l'enfant, ces deux médicaments sont également à éviter. Enfin, l'aspirine est connue pour fluidifier le sang. Ainsi, ce médicament peut engendrer des saignements internes. Les personnes qui en prennent en prévention d'une crise cardiaque ou AVC doivent être vigilants quant aux doses ingérées.

À lire aussi : Sur-médication : les seniors avalent en moyenne 14 médicaments par jour