Des renforts supplémentaires ont été envoyés à Saint-Martin et Saint-Barthélemy pour assurer la sécurité des habitants. Ce mardi 12 septembre, Emmanuel Macron sera à Saint-Martin.

Polémique sur la gestion de crise du gouvernement

Après le passage de l’ouragan Irma, Saint-Martin et Saint-Barthélemy, deux îles des Antilles françaises, ont été dévastées : une dizaine de victimes sont pour l’instant à déplorer, la grande majorité des habitations ont été détruites, il n’y a plus d’eau potable ni d’électricité, et de nombreuses infrastructures publiques sont en ruines. À cela s’ajoute un climat d’insécurité : des commerces ont été pillés, des gens armés de couteaux auraient terrorisé les habitants de l’île, et des rumeurs, démenties depuis, couraient sur l’évasion des détenus de la prison de Saint-Martin.

« Je ne nie pas le sentiment d'insécurité, il est réel (…). Il y avait 11 pharmacies, 8 ont été détruites, 3 pillées par des gens qui, face à la panique, ont fait ce qu'ils n'auraient jamais fait à aucun autre moment », a déclaré Christophe Castaner, le porte-parole du gouvernement. Une situation d’anarchie qui a poussé certains responsables politiques, de gauche comme de droite, à critiquer le manque d’anticipation et les failles dans la gestion de crise du gouvernement. Est notamment dénoncé le nombre insuffisant de renforts déployés sur place pour assurer la sécurité des habitants.

Des renforts supplémentaires envoyés à Saint-Martin

Dans un premier temps, 1 000 agents ont été déployés : 420 gendarmes étaient déjà sur place, auxquels il faut ajouter 80 policiers, 100 militaires et 550 pompiers. Depuis ce lundi 11 septembre 2017, deux escadrons de gendarmerie mobiles sont sur place, et un autre arrivera dans les jours qui viennent. « Cela représente 240 gendarmes supplémentaires, auxquels s'ajoutent des moyens militaires, avec la mobilisation de trois compagnies », a précisé le Premier ministre Edouard Philippe. 30 hommes du GIGN, 15 du GIPN et 380 militaires supplémentaires ont été acheminés sur site.

Par ailleurs, des rations alimentaires, des groupes électrogènes, des médicaments et de l’eau potable sont actuellement distribués. Ce mardi 12 septembre 2017, Emmanuel Macron, accompagné de Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale et d’Agnès Buzyn, ministre de la Santé, sera sur place.