Un rapport d’enquête révèle que les lave-linge coûtent de plus en plus cher et tombe en panne de plus en plus tôt. Les marques feraient-elles exprès ?

Des lave-linge de plus en plus chers avec une durée de vie de plus en plus courte

Aujourd’hui en France, 97% des ménages sont équipés d’un lave-linge, contre 57% il y a 50 ans. Ces appareils, autrefois réputés solides, tombent en panne de plus en plus tôt. C’est ce que révèle un rapport d'enquête réalisé par l’association HOP // Halte à l’Obsolescence Programmée, en partenariat avec la startup de réparation d’électroménager Murfy.

« En 8 ans, la durée de vie des lave-linge a diminué de 30% (passant de 10 ans en 2010 à 7 ans en 2018) ». Par ailleurs, les auteurs de cette enquête font remarquer que si la durée de vie diminue, le prix, lui, augmente « jusqu’à 15 euros de plus par an ». Ils dénoncent aussi « le prix exorbitant de certaines pièces essentielles au bon fonctionnement de l’appareil et même des pièces d’usure (cartes électroniques, roulements et charbons moteur) ».

Comment lutter contre l’obsolescence programmée

S’agit-il d’obsolescence programmée ? Les auteurs du rapport d’enquête ont de gros doutes. « Pour un certain nombre de marques (LG, Samsung), se pose la question de l’intentionnalité de l’irréparabilité ». Ils font aussi remarquer que cette obsolescence représente « un coût insupportable pour le consommateur comme pour l’environnement ». Ainsi, l’empreinte écologique d’un lave-linge équivaudrait à un aller-retour Paris-Toulouse en avion.

Pour remédier à cette situation, les auteurs proposent différentes solutions : l’imposition d’un indice de réparabilité, l’installation d’un compteur de cycles (comme les compteurs kilométriques des voitures) et rendre illégales « les techniques qui visent à entraver la réparation des appareils, dans le cadre du délit d’obsolescence programmée ».

À lire aussi : Fnac-Darty classe les marques les plus fiables