Les radars automatiques pourront comparer les plaques d’immatriculation au fichier des véhicules assurés.

Jusqu'à 72 heures après l'infraction

Les automobilistes sans assurance doivent bien se cacher ! Depuis juin, les radars automatiques se sont dotés d’une fonctionnalité supplémentaire. Un arrêté au Journal officiel du 19 septembre, relevé par Next INpact, permet désormais aux appareils de verbaliser tout défaut d’assurance. Les radars analyseront en effet, en temps réel, le fichier des véhicules assurés (FVA).

Un fichier entré en vigueur depuis juin qui a été longuement attendu. Grâce à lui, les forces de l’ordre peuvent vérifier qu’un véhicule est bien sous contrat avec une assurance. Cette fois, c’est dans un délai de 72 heures après la constatation de l’infraction, que le résultat pourra tomber.

30.873 victimes de conducteurs non assurés

En France, on estime le nombre de véhicules non assurés à 700.000 voitures. Mais attention, ce n’est pas sans risque. Rouler sans assurance expose le conducteur à une amende de 750 euros (600 euros si elle est réglée dans les 15 premiers jours et 1.500 euros après 45 jours). Selon un rapport du Fonds de garantie des assurances obligatoires de dommages, 30.873 personnes auraient été victimes d’accidents mettant en cause des conducteurs non assurés en 2018.

Une nouvelle corde à l’arc des radars automatiques. Si initialement, ces appareils sont prévus pour repérer toute infraction de vitesse, elles se développent désormais dans d’autres infractions. Après le franchissement d’un feu de signalisation rouge, voilà les défauts d’assurance.

À lire aussi : Les premières voitures-radars privées en service