Une étude montre que les médecins recevant des avantages de la part des laboratoires pharmaceutiques feraient « des prescriptions plus chères et de moindre qualité ».

Pas de lien de cause à effet

L’industrie pharmaceutique peut-elle influer sur la qualité des médecins ? Une étude menée par des médecins, chercheurs et ingénieurs à l’Université et au CHU de Rennes démontre que les médecins généralistes recevant des cadeaux de la part de laboratoires pharmaceutiques seraient moins pointilleux sur leurs prescriptions.

Des résultats qui ne démontrent pas de lien de cause à effet mais qui, selon les auteurs, « renforcent l’hypothèse selon laquelle l’industrie pharmaceutique peut influencer les prescriptions des médecins généralistes et offrent un aperçu sur l’étendue de cette influence ».

90% des médecins ont reçu au moins un cadeau

« Près de 90% des médecins généralistes ont déjà reçu au moins un cadeau depuis 2013 », rapporte Pierre Frouard, médecin généraliste à Rennes et coordonnateur de l’étude. Mais inversement, ceux « qui ne reçoivent aucun avantage sont associés en moyenne à de meilleurs indicateurs établis par l’Assurance Maladie quant à l’efficacité de leurs prescriptions qui, globalement, coûtent moins chères », souligne les chercheurs.

L’étude repose sur l’analyse des prescriptions d’un peu plus de 41.000 médecins généralistes. Ils ont été classés en six groupes en fonction du montant des avantages perçus au cours de l’année 2016. L’étude note que « cette influence, parfois inconsciente chez les médecins, peut conduire à choisir un traitement qui n’est pas optimal ».

À lire aussi : Santé : les médicaments en vente libre de plus en plus chers