De plus en plus de Français ont des fins de mois difficiles. Finis les vacances et les loisirs, place à la débrouillardise et aux économies !

De plus en plus de Français se sentent « modestes »

Il faut croire qu’en 2019, les temps sont durs en France pour les classes moyennes. Selon une enquête réalisée par l’Ifop et dévoilée ce mardi 8 octobre par Le Parisien, les Français sont de plus en plus nombreux à avoir des difficultés à joindre les deux bouts. Les classes moyennes souffrent en effet « d'un sentiment de déclassement social, assorti d'un stress face à l'avenir ».

À la question « À quelle classe sociale avez-vous le sentiment d’appartenir ? » les Français étaient 23% à répondre « modeste » et 70% « moyenne » en 2008. En 2019, ils ne sont plus que 58% à avoir le sentiment d’appartenir à la classe moyenne mais 38% se sentent « modestes ». Des chiffres qui traduisent bien les états d’âme de la population.

Des fins de mois difficiles

Les fins de mois difficiles sont le lot de « près de 9 millions de ces Français des classes moyennes, soit 17% de la population, sont concernés ». Face à cette situation, ils doivent faire appel à leur sens de la débrouille : achats d’aliments avec des dates courtes, bons de réduction, promotions… Jamais le marché de l'occasion ne s'est aussi bien porté !

Alors que la classe moyenne se définit -entre autres- par la possibilité de partir en vacances, 75% des Français issus de cette classe doivent y renoncer « souvent ou de temps en temps ». Idem pour les loisirs, la déco ou les cosmétiques. En revanche, « les parents sanctuarisent les dépenses de chauffage, la santé ou les loisirs pour leurs enfants » rapporte Le Parisien.

À lire aussi : 8 astuces pour faire des économies au quotidien