L'association UFC-Que Choisir dénonce les marges des grandes surfaces, 75% plus élevées en moyenne sur les fruits et légumes bio que sur les produits conventionnels.

Les marges brutes de la grande distribution 75% plus élevées sur le bio

Selon une enquête de l'association UFC-Que Choisir, publiée dans le magazine, jeudi 22 août, les marges brutes de la grande distribution sur le bio sont 75% plus élevées que sur les productions conventionnelles. Pour établir ce constat, l'enquête s'est basée sur 24 fruits et légumes les plus consommés en France, de mai 2018 à mai 2019.

En conclusion, l'association de défense des consommateurs explique que si la grande distribution appliquait au bio les mêmes marges brutes qu'aux fruits et légumes conventionnels, les ménages économiseraient 18% par an, soit 121 euros, sur leurs achats de fruits et légumes bio. Un gain énorme !

Jouer sur la peur des pesticides et des risques sanitaires

Pour que tout le monde comprenne bien, l'UFC choisit deux exemples concrets : pour une pomme de terre bio, la marge brute des grandes et moyennes surfaces est 83% plus importante que sur une pomme de terre conventionnelle. Si ce chiffre paraît énorme, un autre est hallucinant : sur une pomme, la différence atteint 149%. « La palme des sur-marges revient au poireau, où la grande distribution marge 2,5 fois plus sur le bio que sur le conventionnel (plus 165 %) », explique encore UFC-Que-Choisir.

Au final, l'association accuse la grande distribution de jouer sur la peur des pesticides et des risques sanitaires, le consommateur soucieux de sa santé n'hésitant pas à mettre la main au portefeuille. À la fin de l'année, un consommateur amateur de bio aura ainsi déboursé 657 euros pour ses fruits et légumes, là où son voisin qui n'achète que des produits de l'agriculture conventionnelle aura payé 379 euros, soit 43% moins cher.

À lire aussi : Un mode de vie sain réduit les risques de démence