En Haute-Garonne, la justice a donné raison à des opposants au compteur Linky souffrant d’hypersensibilité électromagnétique.

Des filtres pour les personnes souffrant d’hypersensibilité électromagnétique

Les opposants à l’installation du compteur Linky sont nombreux et vont pouvoir savourer leur victoire. En effet, 13 personnes souffrant d’hypersensibilité électromagnétique ont eu gain de cause auprès de la Justice. Le mercredi 2 octobre, la cour d’appel de Toulouse a condamné Enedis à mettre en place un dispositif pour les plaignants.

Ce sont des filtres contre les nouveaux courants porteurs en ligne (CPL) qu’Enedis doit installer chez 13 habitants de Haute-Garonne qui souffrent d’hypersensibilité électromagnétique. Un mal qui n’a rien d’une lubie puisqu’il a été confirmé par les médecins qui ont fourni des certificats médicaux. Les symptômes les plus courant sont, selon l’OMS : des rougeurs, des picotements, des sensations de brûlure, de la lassitude, des difficultés de concentration, des étourdissements, des nausées, des palpitations cardiaques et des troubles digestifs.

Une victoire pour les opposants au compteur Linky

L’avocat des victimes, Me Christophe Léguevaques, se réjouit : « C’est une avancée contre la société Enedis qui prétendait – exclusivement à Toulouse – qu’il lui serait impossible d’exécuter une ordonnance qui l’avait condamnée à délivrer une électricité exempte de tout courant porteur en ligne de type Linky, notamment dans les fréquences comprises entre 35 kHz et 95 kHz » lit-on dans La Dépêche.

Pour rappel, deux communes françaises, Leforest, dans le Pas-de-Calais, et Bovel, en Ille-et-Vilaine, se sont opposées à l’installation de ces compteurs électriques. La justice leur a donné tort début octobre 2019 et la ville bretonne a même dû payer une amende de 3.000 € à Enedis. La bataille contre Linky n’est pas encore gagnée…

À lire aussi : Comment réduire sa facture d’électricité en hiver ?