L'Antarctique et l'Arctique sont-ils en danger ? C'est ce que craint Ségolène Royal, ambassadrice française pour les Pôles, qui vient de lancer un appel à la sauvegarde des écosystèmes de ces régions du globe.

Les touristes se multplient près des Pôles

Les pays membres du Traité sur l'Antarctique étaient réunis, mercredi 16 mai 2018, à Buenos Aires, en Argentine. À cette occasion, l'ancienne ministre française de l'Environnement et actuelle ambassadrice française pour les pôles, a fait état de son inquiétude pour la préservation de l'environnement dans ces zones sensibles du globe.

Dans son allocution, Ségolène Royal a estimé que le développement fulgurant du tourisme en Antarctique comme en Arctique, se fait avec des moyens techniques qui ne sont pas assez respectueuses. « Cette activité génère une perturbation considérable, piétinement, pollution », a-t-elle estimé, ajoutant : « On assiste à une course en avant vers un gigantisme du tourisme, dangereux pour les écosystèmes ».

Des dizaines de milliers de touristes choisissent les Pôles comme destination

Il faut dire que si ces régions du globe étaient encore sauvages il y a quelques années, les touristes du monde entier sont aujourd'hui nombreux à avoir envie d'explorer ces endroits mystérieux et glaciaires. Selon des estimations données par Les Échos, en 2016/2017, l'Antarctique a vu défiler 44.000 touristes, contre seulement 9.000 entre 1995 et 1996.

Pour défendre l'environnement des pôles, l'ambassadrice française a alors plaidé, non pas pour une interdiction du tourisme sur place, mais pour une adaptation des moyens utilisés pour faire voyager ces touristes, à l'écosystème précieux qu'ils visitent.