Selon une étude de l'Institut de recherche biomédicale et d'épidémiologie du sport, nous aurions atteint nos limites en matière de durée de vie. Sauf exception, nous ne pourrons pas vivre au-delà de 120 ans.

La durée de vie a atteint ses limites biologiques

« Le bébé qui vivra 1.000 ans est déjà né », entendons-nous parfois dire par des personnes qui considèrent que les progrès scientifiques permettront d’allonger l’espérance de vie de l’être humain. Pourtant, il semblerait que nous ayons atteint les limites et qu’il est quasiment impossible de dépasser les 120 ans.

C’est une étude de l'Institut de recherche biomédicale et d'épidémiologie du sport (IRMES) publiée dans le Quotidien du médecin qui conclut « que les limites biologiques humaines ne pourront plus progresser, sinon "dans les marges" ». En effet, selon les chercheurs, « la devise olympique "citius, altius, fortius" », (plus vite, plus haut, plus fort) semble de moins en moins d’actualité ».

De plus en plus de centenaires

On a encore en tête Jeanne Calment qui fut la doyenne de l'humanité et qui s’est éteinte à l’âge de 122 ans. Un âge canonique qui reste hors du commun. Cependant, comme le font remarquer nos confrères de France Info qui ont dévoilé cette étude, « Depuis 20 ans, alors que le nombre de centenaires augmente, aucun n'a franchi le cap des 120 ans. ». Selon l’Insee, il y a aujourd’hui 20 fois plus de centenaires que dans les années 1970 (plus de 20.000) et si la tendance actuelle se prolonge, dans 50 ans la France pourrait compter 270.000 centenaires, soit treize fois plus qu’aujourd’hui.

Notre durée de vie pourrait même être revue à la baisse, selon les scientifiques. La raison est à trouver du côté du réchauffement climatique mais aussi de « la raréfaction des ressources et de l'acidification des océans », détaillent nos confrères. 

Lire aussi : Mais qui sont donc ces super-centenaires ?