Une étude a permis de découvrir que les moustiques sont capables de reconnaître les odeurs liée à un danger. Une avancée scientifique qui aidera, à l'avenir, à repousser ces insectes responsables de nombreuses maladies.

Les moustiques seraient capables d’associer une odeur à un danger

Selon une étude menée par l’université de Washington (États-Unis) et publiée dans la revue Current Biology, les moustiques seraient capables d’associer une odeur à un danger, et de garder en mémoire cette association. Ils ne reviendront pas embêter la peau de quelqu’un qui a déjà essayé de le tuer. Ainsi, il n'est pas vain de tener d'écraser un moustique.

Pour mener à bien leurs travaux, les chercheurs ont étudié l’espèce Aedes aegypti, ou moustique tigre, vecteur principal de la dengue, du chikungunya et du virus Zika. Ils ont placé des femelles moustiques en contact avec des morceaux de tissus comportant des odeurs d’humains et de souris. Lorsque l’insecte se posait sur un tissu pour le piquer, il recevait de la part des scientifiques des vibrations imitant une réaction de défense.

Une mise au point de répulsifs plus efficaces pour lutter contre les moustiques

Le lendemain, les moustiques avaient face à eux deux couloirs : l’un sans odeur, l’autre contenant l’odeur de la proie de la première expérience. Conclusion : les moustiques ont préféré opter pour le couloir sans odeur. Les scientifiques ont ainsi conclu que les moustiques associent l’odeur de la proie avec un danger.

Dans The Guardian, les auteurs de l'étude, expliquent que ces résultats devraient permettre la mise au point de répulsifs plus efficaces, contenant à la fois un produit chimique et des odeurs faisant appel à la mémoire olfactive. Un espoir pour lutter efficacement contre les virus et autres maladies véhiculés par les moustiques.

À lire aussi À Arles, des bornes anti-moustiques révolutionnent le quotidien des Camarguais