Une heure de sommeil en plus

Montres, pendule, autoradio… Chaque automne, la même scène se répète : il faut changer d’heure. Et toujours les mêmes questions : doit-on avancer ou doit-on reculer ? Gagnons-nous une heure de sommeil ? Dans la nuit du samedi 26 au dimanche 27 octobre, il faudra reculer d’une heure.

Lorsque les aiguilles afficheront trois heures du matin, dimanche, il sera en réalité deux heures. Alors, pour répondre à la dernière question, oui, nous pourrons bénéficier d’une heure de sommeil supplémentaire.

Vers sa suppression

Si l’an dernier à la même époque, la plupart des Français pensaient que ce serait la dernière fois qu’ils allaient devoir changer d’heure, la réalité est bien plus complexe. Pourtant justifiée par des économies supposées d’énergie et ayant un impact positif sur la santé, le changement d’heure est aujourd’hui décrié pour ses actions « limitées ».

Selon une consultation en ligne lancée par la commission des Affaires européennes de l’Assemblée nationale, 84% des Français se sont prononcés pour l’abrogation du changement d’heure. Ils sont d’ailleurs 57% à préférer garder les horaires de l’été. Le Parlement a d’ailleurs bien adopté le principe de sa suppression à l’automne 2018, mais par soucis d’homogénéité avec les autres pays européens, le Parlement européen a voté en mars 2019 sa suppression, mais pas avant 2021… au plus tôt.