Manger sain suppose de prendre de bonnes habitudes dès le petit-déjeuner. Alors que les mueslis ont le vent en poupe, Que Choisir a mené une enquête sur ces céréales.

Les mueslis sont-ils vraiment sains ?

Les céréales pour enfants ont très mauvaise réputation car elles sont connues pour être bourrées de sucres et d’additifs. Aussi, préférons-nous nous rabattre sur les mueslis achetés en paquets ou en vrac, qui semblent beaucoup plus sains. Une idée à laquelle Que Choisir vient de tordre le cou dans son numéro de novembre, déjà disponible dans les kiosques.

Alors que le marché du muesli est en forte progression par rapport aux céréales industrielles, le magazine a voulu savoir s'ils se valaient tous. Il a donc passé au crible une vingtaine de références de mueslis aux fruits, croustillants ou floconneux, bio ou non bio. Dans ce test, plusieurs paramètres ont été vérifiés tels que la qualité de la liste d’ingrédients ou l’allégation « sans gluten ».

Sucres, huiles, additifs et pesticides : les mueslis en contiennent aussi

Résultat : les mueslis floconneux arrivent à tirer leur épingle du jeu. Ils sont en effet moins transformés que les mueslis croustillants portant des mentions évocatrices comme « pop », « crunchy », etc. Idéalement, il vaudrait mieux choisir des céréales bio afin de limiter l’exposition aux résidus de pesticides. Gare aussi aux raisins secs et à l’extrait de malt, qui augmentent la teneur en sucre même s’il y a une mention « sans sucres ajoutés ».

Du côté des mueslis croustillants, ces céréales sont beaucoup plus sucrées et grasses que les autres du fait de leur processus de fabrication. Selon Que Choisir, en moyenne, le taux de lipides des croustillants est de 14,4 g aux 100 g, contre 6,1 g aux 100 g pour les floconneux. Par ailleurs, les mueslis croustillants sont plus riches en additifs.

Soyez donc vigilant la prochaine fois que vous ferez vos courses et pensez à bien lire la liste d'ingrédients présente sur le paquet de muesli que vous comptez acheter.

À lire aussi : Pain de mie : trop d’additifs pour 60 Millions de consommateurs