Selon une étude menée par le réassureur allemand Munich Re, le coût des catastrophes naturelles a atteint les 330 milliards de dollars en 2017. Comment l’expliquer ?

330 milliards de dollars

Les catastrophes naturelles ont eu un coût très important en 2017. C’est ce qu’affirme le réassureur allemand Munich Re, dans son dernier rapport. Selon ces travaux, le coût de ces catastrophes a été estimé à 330 milliards de dollars, c’est deux fois plus qu’en 2016 (175 milliards de dollars). Pour trouver un bilan aussi lourd, il faut remonter à l’année 2011 où le coût des dégâts avait atteint les 354 milliards de dollars.

Ce record est dû est grande partie aux différents ouragans qui ont frappé de nombreuses régions de la planète, mais également au tremblement de terre qui a fait des ravages au Mexique. Au total, les assureurs ont dû couvrir la somme de 153 milliards de dollars. Mais en ce qui concerne le bilan humain, il n’aura pas été deux fois plus lourd que l’année précédente : 10 000 personnes décédées environ en 2017, contre 9 650 en 2016.

Une année record en termes de catastrophes naturelles

Parmi les pays les plus touchés par les catastrophes naturelles, on trouve les États-Unis, qui ont été frappés par la tempête Harvey au mois d’août ayant causé 85 milliards de dollars de dégâts, mais également par des ouragans, en particulier Irma en Floride. Ajoutez à cela des feux de forêt en Californie et vous obtiendrez une facture très salée. Selon les auteurs de ce rapport, ces catastrophes risquent de se multiplier à l’avenir.

La fédération française des sociétés d'assurance expliquait en 2015 qu’en 2040, la facture des indemnisations liées aux inondations et à la sécheresse aurait doublé. Certes, le réchauffement climatique n’explique pas tout, mais il serait responsable d’une partie de ces événements exceptionnels. Rien que sur l’année 2017, 710 catastrophes naturelles ont été recensées dans le monde, soit 100 événements en plus que la moyenne de ces 10 dernières années.