Un espoir dans le traitement de la maladie d'Alzheimer. La société biopharmaceutique nordiste Alzprotect va lancer les premiers essais cliniques de son candidat médicament pour arrêter le processus d'évolution de la maladie d'Alzheimer. 

Un traitement pour freiner la maladie

Aucun traitement n'existe à ce jour pour freiner la progression de la maladie d'Alzheimer. Alzprotect, basé au pôle Eurasanté à Loos-les-Lille, dans le Nord, sont les premiers à développer un candidat médicament capable d'arrêter le processus d'évolution de la maladie sur ses trois marqueurs. 

L'Agence nationale de sécurité du médicament a donné son autorisation pour débuter un essai clinique de Phase 2a, directement sur des patients afin de tester son médicament dans le traitement de la maladie d'Alzheimer. L'AZP2006, le nom de code du candidat médicament, va être testé sur une trentaine de patients à l'hôpital Pitié-Salpêtrière à Paris mais aussi au CHU de Lille. Ces personnes sont atteintes de paralysie supranucléaire progressive (PSP), une maladie orpheline neurodégénérative. Le candidat médicament est le seul à pouvoir cibler toutes les causes de la neurodégénération. 

Les premiers résultats en 2021

Philippe Verwaerde, président d'Alzprotect, explique : « C’est le fruit de dix années de recherche et un immense espoir ». En tout, ce sont 400 essais sur la maladie d'Alzheimer qui ont été effectués dans le monde entier mais tous ont échoué. Malheureusement, à ce jour, les patients d'Alzheimer n'ont encore aucun traitement afin de ralentir la progression de la maladie. 

Dans le monde, 47 millions de personnes sont touchées par Alzheimer, ce nombre atteindra 75 millions en 2030, puis 132 millions en 2050. Ainsi, le traitement de l'entreprise nordiste pourrait représenter un enjeu de santé publique majeur. Les premiers résultats devraient être connus en 2021. Alzprotect, qui a déjà levé des fonds de 14 millions d'euros en 2018, va bientôt initier une nouvelle levée de fonds estimée entre 30 et 40 millions d'euros pour viser le marché international. 

À lire aussi : Alzheimer : ces habitudes qui diminuent les risques