Depuis le 1er février dernier, date de l’entrée en vigueur de la loi Alimentation, les prix des produits les plus consommés ont subi une forte hausse. Nos confrères du Parisien ont fait une enquête pour savoir quelles enseignes avaient le plus augmenté leurs prix.

Hausse de 4% des prix des produits les plus consommés depuis le 1er février

L’institut Nielsen a publié le 7 février 2019 une étude sur l’augmentation des prix depuis l’entrée en vigueur le 1er février dernier de la loi Alimentation, relevant à 10% le seuil de revente à perte (SRP) des produits alimentaires, c’est-à-dire le prix en dessous duquel un distributeur a l’interdiction de revendre ces produits, afin d’améliorer la rémunération des agriculteurs. 

Il a constaté une hausse de 4% pour les prix des 100 produits les plus consommés dans les grandes surfaces. Nos confrères du Parisien ont mené une enquête pendant deux semaines pour connaître les prix appliqués par six enseignes sur un panier de 11 produits de grande consommation comme le Nutella, les Biscottes Heudebert, le Coca-Cola, le café Carte Noire ou encore les spaghettis Panzani et les yaourts nature Danone, et savoir quelles étaient celles qui avaient le plus augmenté leurs prix sur ces produits. 

Les prix des produits de grande consommation ont le plus augmenté chez Leclerc

« On constate sur ce petit échantillon de produits que les situations sont très contrastées d’une enseigne à l’autre » relève le Parisien. En effet, Leclerc arrive en tête du classement des enseignes ayant le plus augmenté ses prix : « sur ce panier de onze produits, l’envolée y atteint 9,04 % en moyenne » peut-on lire dans les colonnes du Parisien. Carrefour a quant à elle augmenté « modérément » ses prix ( 1,7%), tout comme Système U ( 1,10%) et Auchan ( 0,66%). Casino est l’enseigne chez qui la hausse est la moins forte : 0,38%.

Pourquoi une telle hausse chez Leclerc ? « c’est aussi là que, traditionnellement, les prix sont les plus bas (et les marges les plus faibles), comme le montre année après année les divers classements par prix des enseigne. (... ) On oblige les enseignes qui ne gagnaient rien sur un article à faire dorénavant au moins 10% de marge dessus » explique David de Matteis, associé du cabinet OC&C, au Parisien. Mais l’enquête du quotidien n’est pas terminée, affaire à suivre, donc !

Vous aimerez aussi - Loi alimentation : les Français dépenseront 177 euros de plus par an