Un travail de longue haleine.
Les Causses et les Cévennes, régions du sud de la France symboles de l'agropastoralisme, ont été inscrits mardi par l'Unesco au patrimoine mondial de l'Humanité. Le périmètre retenu s'étend sur 3.000 kilomètres carrés entre les départements de l’Aveyron, de la Lozère, du Gard et de l’Hérault. Après avoir été ajourné à deux reprises, le projet trouve enfin un dénouement heureux.

L’agropastoralisme a joué une part importante.
Le parc des Causses et celui des Cévennes ont ainsi été plébiscités pour leur pratique de l’agropastoralisme. Cette activité consiste effectivement à élever de manière non intensive des brebis. On y produit ainsi le roquefort et le bleu des Causses. Cela a également permis de modeler et d’entretenir les 3000km de territoire. Les Causses sont considérés avec les Cévennes, massifs schisteux et granitiques, comme "un conservatoire vivant du patrimoine agropastoral de l'Europe".

Le Corbusier n’accède pas à la liste
L’architecte urbaniste franco-suisse Le Corbusier connait une décision plus mitigée. L'Unesco a choisi de repousser à un prochain comité une décision sur l'inscription au patrimoine mondial de 19 de ses monuments situés dans 18 villes emblématiques. Le dossier était défendu par la France, la Suisse, l'Argentine, l'Allemagne, la Belgique et le Japon. La sélection des sites se tient à Paris jusqu’au 29 juin.