En regardant la vidéo, nous avons l’impression d’être au cœur des paysages d’Irlande ou de Bretagne. Il n’en est rien, nous admirons les paysages de la Galice, au nord-ouest de l’Espagne et au nord du Portugal.

Possédant 1300 km de côtes le long de l’Atlantique et bénéficiant des affluences du Gulf Stream, la Galice a des similitudes avec les paysages celtes. Les vents sont omniprésents et la pluviosité est importante.

Au 5e siècle, la même peuplade qui avait envahi la Bretagne est venue s’installer en Galice. Elle a certainement contribué à donner de la personnalité à la région.

C’est la dislocation du socle ancien en granit qui a ainsi découpé les côtes de la Galice. Ce déchirement provient de la formation des montagnes du tertiaire.

La côte semble être découpée au couteau, elle a beaucoup de « rias » ces golfes marins allongés. En effet, la mer a envahi les vallées des fleuves et a fait de cette côte le paradis des poissons et par la même occasion celui des pêcheurs.

C’est aussi sur cette côte que se trouve « la plage des cathédrales » appelée ainsi à cause de la forme de la falaise. Ses formes ont des arcs-boutants comme les anciennes églises.

En Galice, on admire le Cap Finisterre représentant pendant longtemps la fin du monde. La Tour d’Hercule, le seul phare romain toujours en état de fonctionner est un monument remarquable, il est inscrit au patrimoine mondial.

Si le film de Daniel Almeida semble aussi imprégné d’humidité, c’est, sans aucun doute, à cause des sources d’eau thermale. Le voyageur peut s’y baigner pour profiter des vertus de l’eau purifiante dont la température évolue entre 20 et 60 degrés.

La capitale de la Galice étant Saint-Jacques-de-Compostelle, elle est une des régions les plus touristiques d’Espagne. Daniel Almeida n’oublie pas de nous montrer un sentier de ce fameux pèlerinage qui connaît un véritable engouement depuis la fin du 20e siècle. Il attire des millions de pèlerins du monde entier chaque année en Galice.

Galicia, Land of the Lost from Daniel Almeida Visuals on Vimeo.