Une expédition écologique préventive
Ce lundi, le NGCC a appareillé aux abords de la mer de Beaufort en Arctique. Ce navire océanographique, affrété par l’Université Laval (Québec), doit évaluer les risques liés à une exploitation pétrolière de l’Arctique. Le but serait de récolter un maximum d’informations sur la faune marine. "Pour s'assurer que l'exploration pétrolière n'aura pas d'impacts sur les ressources, il faut connaître la distribution et les déplacements des poissons", précise Louis Fortier, le chef de la mission.

Une ouverture à l’exploitation pétrolière
Certains secteurs de l’Arctique sont touchés par la fonte des glaces. Ce sont précisément ces secteurs devenus accessibles que le Canada souhaite ouvrir à l’exploitation pétrolière. L’un des partenaires de l’Université Laval pour cette expédition, est le groupe pétrolier BP. Son implication dans la plus grande marée noire américaine la rend toujours impopulaire. Certaines voix s’élèvent pour dénoncer sa participation et un intérêt purement économique.

Des sites magnifiques
La vidéo que nous vous proposons aujourd’hui a été réalisée lors d’un colloque en Arctique. Des étudiants hollandais et anglais étaient réunis dans le but de visiter ces sites fantastiques et sauvages pour ainsi devenir de futurs ambassadeurs du réchauffement climatique.