Le tsunami japonais forme des icebergs en Antarctique

L’agence spatiale européenne ESA a diffusé ce lundi 8 août, des images inédites de la baie de Sulzberger, en Antarctique. Capturées par le satellite ENSAT, ces images révèlent que les vagues produites par le tsunami du 11 mars ont provoqué le détachement d’icebergs géants. Le plus gros mesurant près de 9,5km sur 6,5km, soit l’équivalent d’une ville comme Manhattan.

A l'autre bout du monde

voquées par le séisme de magnitude 9, les vagues du tsunami ont parcouru plus de 13 600 km en 18h, avant de finalement atteindre la banquise. Par le biais de tensions exercées de haut en bas, les vaguelettes de 30 centimètres ont eu raison des 80 mètres de hauteur de la baie. Celle-ci n’avait pas connu de modification de sa structure depuis près de 46 ans.

Cette étude a été menée par la NASA sous la direction de Kelly Brunt, spécialiste de la crystophère. Elle a été publiée en ligne dans The Journal of Glaciology. Kelly Brunt y confiait : «Dans le passé, nous avons observé des vêlages, et ensuite nous en avons recherché la cause. Cette fois, nous savions qu’il s’agissait d’un des plus importants événements des dernières années, et qu’il y aurait beaucoup de houle.»

Les scientifiques ont donc procédé à l’inverse de leur raisonnement habituel: ils ont suivi la vague pour en observer les conséquences sur la banquise. Selon eux, les conclusions de l’étude démontrent que les conditions tectoniques et environnementales des extrémités du globe peuvent avoir un impact dans la stabilité des ice-shelf, ces immenses plateformes de glace d’eau douce.