Tout simplement parce qu’il semble être un pays exemplaire…

Déjà en 1948, le pays renonçait à son armée, ce qui peut faire rêver.

Ensuite, il s’engage à être un pays neutre en émission de gaz à effet de serre en 2021.

Nous pouvons être sceptiques, mais en apprenant que depuis le début de l’année 2016, 100 % de l’électricité produite l’a été grâce à des énergies renouvelables, nous le sommes forcément un peu moins. Il faut reconnaître que le pays a bénéficié de bonnes précipitations.

Le Costa Rica possède quatre usines hydrauliques, utilise les éoliennes et profite aussi de l’énergie solaire.

Le pays, ne possédant aucune ressource énergétique, a tout misé sur l’eau et les autres possibilités.

Les volcans sont aussi à l’origine de la production d’énergie. Le gouvernement investit beaucoup pour utiliser leur chaleur, mais en contrepartie n’a pas de dépense militaire.

Pour arriver à son objectif de ne plus émettre de CO2, les autorités vont distribuer aux entreprises un manuel de 190 pages de consignes. Elles ne sont pas obligées de les appliquer, mais fortement encouragées à le faire.

La population est aussi très sensibilisée au recyclage des déchets.

Comme la principale source de pollution provient des moyens de transport, le ministre de l’Environnement voudrait privilégier les agrocarburants et installer un train électrique interurbain. Il développe aussi les pistes cyclables.

Le paradis costaricien ne s’arrête pas là : il y a une soixantaine d’années, un état providence a été mis en place. Il a permis de réduire considérablement la précarité de la population, mais 21 % vit encore sous le seuil de pauvreté.

Le Costa Rica a connu une crise de son système de santé en 2013. Il y a alors eu un changement de gouvernement et l’arrivée au pouvoir de monsieur Luis Guillermo.

L’archipel est aussi un exemple pour le tourisme : 96 % de son territoire a été classé en parc national. Le pays peut ainsi profiter d’une biodiversité et d’une faune exceptionnelles

Dans cette ligne de conduite, les ministres veulent éradiquer toutes les maladies tropicales, augmenter le taux d’alphabétisation de la population qui est déjà excellent.

C’est en 1997 que l’économie a commencé à se réveiller. La croissance est alors de 4,3 %. mais depuis 2012, elle connaît une baisse et est tombée à 3 %.

L’activité économique portée par le dynamisme, la demande interne et par la vigueur du crédit reste quand même fragile avec une dette de 50 % du PIB.

Le Costa Rica demeure tourné vers l’extérieur et entretient de bonnes relations avec les États-Unis et la Chine. Il exporte des produits de hautes valeurs ajoutées comme les composants électroniques. Il est aussi un gros exportateur de bananes. Le tourisme est une source de revenus importante.

Le Costa Rica n’est certainement pas parfait, mais par rapport à d’autres pays de la planète, il possède beaucoup de ressemblances avec le paradis sur terre. 

Sources : France diplomatie - Wikipedia

Crédit Photo : ThinkStock