Alors que le soleil et la douceur des températures de ces derniers jours donnent des airs de printemps à ce mois de février, les saisons semblent être plus décalées qu’elles ne l’étaient auparavant. 

Des saisons plus décalées qu’auparavant

Une étude statistique réalisée par La Chaîne Météo pour la période 2000-2017 a montré qu’au fil des années un léger décalage des saisons par rapport aux dates calendaires s’était opéré. Ce décalage concerne tout particulièrement les hivers, qui sont soit précoces, soit tardifs, tandis que les étés, qui s’étalent globalement sur une période normale, connaissent une plus grande variabilité d’une année à l’autre. En revanche, aucune variation majeure n’a été constatée du côté du printemps et de l’automne.

Dans le détail, le décalage pour l’hiver est de 55 % par rapport aux dates effectives depuis 2000, de 20 % pour l’été, de 15 % pour le printemps et de 10 % pour l’automne. En moyenne, le décalage est d’environ 20 % pour l’ensemble des saisons.

Saisons météorologiques et calendrier : pas les mêmes dates

Les saisons météorologiques et le calendrier n’ont pas les mêmes dates. Les saisons météorologiques ne comprennent que trois mois, l’hiver météorologique s’étendant par exemple sur les mois de décembre, janvier et février, tandis que l’automne calendaire s’étale du 21 décembre au 20 mars. Selon les saisons météorologiques, nous entrerons dans le printemps dans 5 jours. 

Les été et hivers maussades, avec des pics de chaleur ou de froid, puis des températures relativement faibles en été et douces en hiver peuvent donner une impression de décalage des saisons dans le temps, mais les données scientifiques recueillis démentent cette intuition.

À lire aussi : Les changements de saisons en vidéo