Le photographe américain Danny Mac Rostie a fait preuve de passion et de patience pour filmer le brouillard durant dix-huit mois.

Il ne redoutait pas de se lever souvent à 3h30 du matin, aller sur le mont Tamalpais aux environs de San-Fransisco pour filmer le brouillard qui rentrait en envahissait la baie de la ville.

Il était aussi là le soir pour ne pas rater le spectacle d’une mer ondulante faite de brouillard. Comme Danny Mac Rostie le montre sur la carte, il l’a filmé de trois endroits différents.

Le résultat est doux, silencieux et fascinant. Nous n’avons pas souvent l’occasion d’observer à cette vitesse ce spectacle naturel

Danny Mac Rostie met ce phénomène magnifiquement en valeur. San Francisco demeurant l’endroit idéal pour bien observer ces conditions météorologique. Le brouillard y est fréquent, récurrent et peut s’installer durant plusieurs jours.

San Francisco n’a pas du tout le même climat que le reste de la Californie, un courant froid refroidit le Pacifique près des côtes, le vent est aussi fréquent.

En fait, le brouillard se forme surtout en été lorsque l’air bien chaud des terres entre en contact avec l’air frais de l’océan. Une humidité se forme et se transforme en brouillard qui avance poussé par l’air et le vent de la mer.

Ce vent fait la joie des surfeurs.

C’est pour cela que San Francisco est dans le brouillard surtout entre le mois d’avril et le mois de septembre.
En le filmant avec autant d’application et de patience, Danny Mac Rostie a su donner au brouillard un caractère gracieux et magique.