Elles peuvent prendre la forme de pluie, de grêle ou parfois même de neige, les giboulées dites "de mars" se produisent tous les ans pendant la période de transition entre l'hiver et le printemps. 

Si elles n'arrivent pas toujours en mars et qu'elles peuvent durer jusqu'en juin comme l'année dernière, les giboulées sont un phénomène météorologique classique et parfaitement explicable.

Ces brutales averses, brèves et inopinées, sont causées par l'instabilité de l'atmosphère à ce moment précis de l'année. Notamment à cause des différences de températures entre ses couches.

Quand le printemps arrive, le soleil réchauffe par ses rayons et par leurs réverbérations avec la terre, les couches inférieures de l'atmosphère. Mais les tranches supérieures restent quant à elles toujours froides. Cette différence de température entraine des courants d'air ascendants d'une grande violence qui engendre des nuages instables, comme les cumulonimbus et les cumulus congestus. Voir notre article spécial Formation des Nuages pour plus d'infos. Ces vents entrainent les gouttes d'eau vers les parties supérieures des nuages, qui se transforment donc en cristaux de glace à l'origine du grésil ou de la grêle.

 

Quand ces "giboulées " tombent sur nos têtes, elles entrainent avec elles une chute brutale des températures. Le soleil nous apparait d'autant plus agréable et les températures plus douces quand elles cessent.

Malgré leur nom, ces giboulées sont fréquentes jusqu'au mois de mai et si dérangeantes soient-elles, elles annoncent les beaux jours.

En France, ce sont les régions du nord et les côtes qui sont le plus exposées.

Photos: © edbockstock © Miredi  - Fotolia.com