Dans la station balnéaire de Saint-Pierre-la-Mer (Aude), des dizaines de chats sont morts dans des circonstances mystérieuses début juin 2017. D'après une enquête policière, il s'agirait d'une épidémie chez les félins. 

Trente à cinquante chats sont morts dans des conditions étranges

Début juin 2017, les habitants de Saint-Pierre-la-Mer se sont inquiétés. Selon les titres de presse d'alors, 200 chats errants auraient trouvé la mort dans des circonstances mystérieuses. Écrasés délibérement par les voitures, empoisonnés par un individu malsain... de nombreuses hypothèses avaient été envisagées par les résidents de la station balnéaire. 

La Société de Protection des Animaux (SPA), quant à elle, avait porté plainte. La présence de « mort-aux-rats, d'huile de vidange ou même de cannabis » avait en effet été constatée par l'association dans les boulettes de nourriture de certains chats morts. Depuis, de nouveaux éclairages semblent permettre de mieux comprendre la situation. 

L'hypothèse d'une épidémie soulevée par les autopsies 

Enregistrant une centaine d'autres plaintes sur cette affaire, le commissariat de police a lui aussi mené son enquête. Bilan : ce ne sont pas 200 chats, mais plutôt entre 30 et 50 félins qui sont morts dans des conditions mystérieuses. De plus, d'après les résultats d'autopsies réalisées sur deux chats, la cause la plus probable de ces décès serait une épidémie du calcivirus félin. 

Même si les symptômes du calcivirus félin (ulcération de la langue, anorexie, fièvre) ressemblent à ceux d'un empoisonnement, les habitants de l'Aude se seraient donc trompés. Pour confirmer cette hypothèse, un laboratoire lyonnais étudie actuellement les dépouilles d'autres chats décédés. 

À lire aussi : Et si vous étiez payé pour câliner des chats ?