Souvenez-vous, en 1985, la très touristique ville d’Epecuen, située au Sud-Ouest de Buenos Aires, avait été submergée par les eaux salées du lac qui avait fait sa célébrité. Vingt-huit années plus tard, les eaux se sont retirées, et la ville, qui auparavant grouillait de vacanciers, n’est désormais plus qu’une ville au teint blanchâtre et aux airs fantomatiques...

Ce n’est pas une guerre qui a frappé la ville d’Epecuen, mais bel et bien les forces de la Nature. En novembre 1985, après un bouleversant épisode de pluies incessantes, le célèbre lac qui bordait les côtes de la ville argentine avait en effet débordé ; celui-ci avait fait exploser le mur de soutènement pour se déverser dans les rues adjacentes.

A l’époque, la population avait dû fuir dans la précipitation. En seulement vingt jours, leurs maisons, leur ville toute entière, avaient été englouties sous près de 10 mètres d’eau saline.

Vingt-huit ans après cet évènement dramatique, l’eau s’est finalement progressivement retirée et dévoile désormais aux quelques téméraires visiteurs un décor des plus post-apocalyptique. Au milieu des décombres, Pablo Novak, un octogénaire ayant survécu à l’immersion d’Epecuen et qui demeure l’unique habitant des bords de la ville, s’est dors et déjà improvisé guide touristique pour les visiteurs curieux… Un témoin des plus rares que vous ne manquerez cependant pas de rencontrer si vous vous y rendez !

Source : jack35