La pluie, le vent, la nuit qui tombe à 18h... Difficile de garder le moral pendant l'hiver. Et si, plus qu'une simple envie de rester sous la couette, vous souffriez de dépression saisonnière ?

Un manque de lumière à l'origine du blues hivernal

L'hiver est une période où la lumière naturelle est beaucoup plus faible que le reste de l'année. Une journée de cette saison peut être jusqu'à cinquante fois moins intense en luminosité qu'une journée d'été. Ce phénomène naturel est à l'origine d'un trouble qui affecte 1,3 à 4,6 % de la population européenne : la dépression saisonnière

Ce trouble affectif saisonnier est appelé dépression saisonnière quand il intervient au minimum deux années consécutives et au même moment ( automne ou hiver ). Étant lié à l'enseillement, il affecte particulièrement les pays les plus éloignés de l'équateur. À noter que près des 3/4 des personnes touchées sont des femmes.

Hiberner et "faire du gras" : des symptômes à prendre au sérieux

Ce blues hivernal n'est pas qu'une simple chute d'humeur mais une véritable affection psychologique dont les symptômes durent plusieurs semaines. Les troubles dont souffre une personne atteinte sont : la mélancolie, la fatigue, une augmentation de l'appétit, des troubles de la concentration, une baisse de la libido et un manque de motivation. Dans les cas les plus sévères, la dépression saisonnière peut conduire à des idées suicidaires.

C'est un mal prendre au sérieux mais qui peut se soigner. Avoir une activité physique régulière apparaît comme une manière efficace de lutter contre la dépression saisonnière. Par ailleurs, dans la moitié des cas, un traitement photothérapique obtient de bons résultats. Il s'agit de s'exposer quelques minutes par jour à une lampe spéciale qui apporte la lumière essentielle au traitement. Il est possible de trouver ce type de lampe dans le commerce : une idée de cadeau de Noël toute trouvée !

Vous aimerez aussi : Pourquoi bien éclairer sa maison est important ?