Selon des chercheurs de l'Université d'Oxford (Royaume-Unis), l'aspirine, utilisée comme traitement après un AVC ou infarctus du myocarde pourrait être plus dangereuse que bénéfique chez les personnes âgées de plus de 75 ans. 

Une étude sur l'aspirine réalisée durant dix ans 

L'aspirine est utilisée comme traitement de prévention secondaire pour les patients ayant été victimes d'un AVC ou d'un infarctus myocarde. 40 à 60 % des patients européens s'en voient prescrire après guérison. Seulement chez les plus de 75 ans, la consommation quotidienne d'aspirine serait risquée. 

Ce constat, effectué par des chercheurs de l'Université d'Oxford, a récément été publié dans la revue scientifique britannique The Lancet. Pour leur étude, les scientifiques ont analysé durant 10 ans les effets de l'aspirine sur 3 000 personnes qui en consommaient quotidiennement (75mg/j) après avoir subi un infarctus ou un AVC. 

L'hémorragie digestive est un effet secondaire de l'aspirine

Au cours de ces dix ans d'études, 314 des patients soignés quotidiennement à l'aspirine ont souffert d'hémorragies digestives. Les hémorragies digestives font partie des effets secondaires indésirables de la consommation d'aspirine. Il touche trois fois plus les patients de plus de 75 ans. D'ailleurs, 5 % des consommateurs réguliers d'aspirine de plus de 85 ans ont déjà été hospitalisés pour cause d'hémorragie digestive. 

Selon les chercheurs, le traitement à l'aspirine des patients ayant été victimes d'un AVC ou d'un infarctus devrait être réévalué tous les trois à cinq ans. Plus encore, la consommation quotidienne d'aspirine devrait être associée à des médicaments anti-reflux oesophagiens (IPP). Les IPP réduisent en effet de 70 à 90 % les risques d'hémorragie digestive. Pour les personnes âgées de plus de 75 ans, il serait même préférable de se tourner vers d'autres soins préventifs. 

Une application pour trouver vos médicaments à l'étranger