La calvitie touche un homme sur deux âgé de plus de 55 ans. Des scientifiques de l'Université de Californie de San Francisco (UCSF, États-Unis) ont fait une découverte qui permet de mieux en comprendre la cause. 

Une découverte accidentelle sur la calvitie 

Les scientifiques de l'Université de Californie de San Francisco (UCSF, États-Unis) ont découvert par erreur l'une des causes de la calvitie. L'événement est survenu alors qu'ils réalisaient une expérience, destinée à observer la cicatrisation d'une plaie sans lymphocytes T, sur des souris. Pour la manipulation, les rongeurs avaient été rasés. C'est ainsi que les scientifiques ont pu notifier que sans lymphocytes T, les poils de souris ne repoussaient pas. 

Les lymphocytes T sont des cellules du système immunitaire. Elles sont chargées de combattre les corps étrangers et agressions extérieures (bactéries, virus), de protéger d'autres cellules contre l'inflammation et contribuer au processus de cicatrisation de la peau. Si l'on s'en réfère à cette récente découverte des scientifiques de l'UCSF, les lymphocytes T seraient donc aussi responsables de la repousse des poils et cheveux. 

Les lymphocytes T sont responsables de la repousse des poils 

Si l'on en croit la découverte des scientifiques de l'UCSF, la pousse et la repousse des cheveux sont les fruits d'une collaboration de travail entre les cellules-souches et les cellules immunitaires (lymphocytes T). Ainsi, lorsque les cheveux se développent, le nombre de lymphocytes T triple. En revanche, sans les cellules immunitaires, ni les poils ni les cheveux ne poussent. 

Les résultats de ces recherches, à l'origine menées sur la cicatrisation du corps, sont publiés dans la revue Cell. Pour la moitié des hommes âgés de plus de 55 ans et touchés par la calvitie, cette récente découverte de l'UCSF semble être une bonne nouvelle. Elle pourrait en effet permettre l'élaboration d'un médicament efficace contre la calvitie.