C'est sous la caution de l'Imperial College de Londres que cette étude est menée, pour dire si elle est sérieuse. Une équipe de chercheurs de la Fondation Beckley va procéder à des administrations de micro-doses de LSD à des volontaires, afin de mesurer, sous IRM, l'effet de cette drogue sur leur cerveau. 

Le LSD, efficace contre la dépression ? 

Les doses en question étant bien inférieures à celles nécessaires pour déclencher les effets hallucinogènes, le but est de voir ce que la molécule change comme paramètres dans le cerveau des volontaires, afin d'en étudier les éventuels effets bénéfiques. 

Les chercheurs envisagent notamment que le LSD, à très faible dose, puisse avoir un effet sur la dépression, ou bien encore puisse doper l'activité cérébrale, en espérant que cela soit sans danger et sans risque de séquelles. 

Le LSD, une drogue qui demeure dangereuse

D'autres études réalisées sur des personnes ayant pris du LSD en plus grande quantité, mais sous contrôle médical, montrent en tout cas que le cerveau est fortement stimulé par cette drogue, dont on ne rappelera jamais assez qu'elle est reconnue comme étant dangereuse.

Non pour les effets délétères qu'elle aurait sur le corps et les organes, comme d'autres drogues, mais en raison des séquelles psychiatriques que les hallucinations qu'elle provoque induisent. 

À lire aussi : L'alcool et les drogues de plus en plus répandus au travail