L’été est arrivé, la météo varie entre pluie et chaleur et les moustiques reprennent du service ! Chaque année, c’est une véritable guerre aux boutons. Si vous souhaitez vous protéger, attention, car certains produits se sont avérés mauvais pour la santé !

Mieux vaut prévenir que guérir

Le magazine 60 millions de consommateurs a mené une enquête en juin 2016 et pointe du doigt cinq anti-moustiques pour leur niveau élevé de toxicité. Les enquêteurs ont analysé pas moins de 16 produits, en s’appuyant sur deux facteurs principaux : leur efficacité et leur composition. 

Pour évaluer la toxicité de ces anti-moustiques, l’enquête s’est articulée autour de deux aspects : « la concentration en substance active et la toxicité chronique en cas d’inhalation ou contact cutanés ».

Le résultat est sans appel : 5 produits sur les 16 testés ont un niveau de toxicité supérieur à 20 % : trois diffuseurs électriques (Catch® moustique tigres et mouche sans parfum, Raid® moustiques et moustiques tigres, Casino® anti-moustique 45 nuits), ainsi que deux sprays répulsifs (Apaysil® haute protection jusqu' à 11h et Zen'sect® à l'aloe vera lotion 6 heures).

Vérifiez bien la composition lors de vos achats

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) recommande 3 molécules anti-moustiques, qui ne sont pas sans effet sur l'homme : l’icaridine, une molécule très efficace contre les moustiques et un grand nombre d’arthropodes. Elle est plus agréable d’utilisation car inodore. Le DEET, sans doute la plus connue des voyageurs, et d’après l’OMS la plus efficace. Elle est également la plus controversée quant à sa toxicité. Enfin, l’IR3535, une molécule anti-moustiques efficace, mais apparemment moins que les deux autres.

Les experts déconseillent aux femmes enceintes et aux enfants l’exposition à certaines substances toxiques comme la DEET (c’est une molécule rare et toxique pour le système nerveux) ou le Citrodiol (un dérivé de l’huile essentielle d’Eucalyptus).

À lire aussi : Éloigner les moustiques naturellement