Guy Hugnet, journaliste spécialisé dans les affaires scientifiques et criminelles, affirme, dans son livre « L'Affaire Dupont de Ligonnès - La secte et l'assassin », que Xavier Dupont de Ligonnès s’est suicidé. Sur quoi se base-t-il ?

L’affaire Dupont de Ligonnès est relancée

L’affaire Dupont de Ligonnès n’a toujours pas été élucidée. Le principal suspect, Xavier Dupont de Ligonnès, n’a jamais été retrouvé après que la police a retrouvé les corps des membres de sa famille assassinés dans sa maison, à Nantes. De nombreuses pistes ont été suivies et il se pourrait qu’une solution se dessine enfin. Selon le journaliste Guy Hugnet, Xavier Dupont de Ligonnès se serait suicidé dans une grotte dans le Var.

Dans son livre L'Affaire Dupont de Ligonnès - La secte et l'assassin, il défend la thèse du suicide. « Je pense que Xavier Dupont de Ligonnès est parti plutôt au nord-ouest, au nord de Draguignan dans la région de Figanières – Châteaudouble », a-t-il détaillé au micro de France Bleu. « Il y a de nombreuses cavernes mais à mon avis, seules 4 ou 5 sont assez profondes pour pouvoir s'y cacher ».

Suicide dans une caverne avec sa carabine ?

La piste du suicide est la plus cohérente selon lui, car un an et demi avant le drame, Xavier Dupont de Ligonnès avait écrit qu'il hésitait « entre suicide individuel ou suicide collectif », détaille le journaliste. « Parce qu'il est en échec à tous les niveaux : situation professionnelle et financière, difficultés dans son couple ». Si le corps n’a jamais été retrouvé, c’est que les gendarmes n’ont pas cherché au bon endroit selon lui.

La dernière fois que le suspect a été aperçu, c’était dans le Vaucluse puis à Roquebrune-sur-Argens, dans le Var, dans un hôtel Formule 1. Si la gendarmerie s’empare de l’enquête de Guy Hugnet et la juge sérieuse, peut-être ira-t-elle chercher dans les cavernes décrites dans ce livre. Dernier indice précieux souligné par le journaliste : en quittant l’hôtel, Xavier Dupont de Ligonnès a été identifié avec une carabine sur le dos. À suivre...

À lire aussi : Un os retrouvé cent ans après pourrait permettre de résoudre l'affaire Seznec