Promulguée le 16 janvier 2015 et publiée au Journal officiel du 17 janvier 2015, la réforme territoriale est clairement définie et les régions françaises se comptent au nombre de treize.

Une loi qui fait débats

Annoncées au nombre de quinze lors de la seconde lecture du projet de loi par le Sénat, les futures régions se comptent maintenant au nombre de treize. Certaines ont changé de nom et de taille. D’autres demeurent totalement inchangées. C’est lundi 27 juin 2016 a été annoncée la nouvelle appellation réunissant l’Aquitaine, le Limousin et le Poitou-Charentes : « Nouvelle Aquitaine ».

La loi du 16 janvier vise à « créer des régions plus vastes et plus peuplées afin de favoriser le développement économique et la compétitivité de leur territoire. Parallèlement au renforcement de leur taille, les régions revendiquent depuis longtemps d’être dotées d’une véritable force de frappe comparable à leurs homologues européennes, en particulier sur l’accompagnement des PME et des ETI, la formation, l’emploi ou encore la transition énergétique »

Une nouvelle carte

Après de nombreux mois de débats, voici que la carte de France se métamorphose : nous passons de 22 à 13 régions, ce qui est déjà un grand changement. Ce qui a réellement posé problème dans cette réforme, c’est le nom des futures régions. La Bretagne , le Pays de la Loire, l'Île-de-France, la Corse et la Provence-Alpes-Côte-D'Azur, dont les frontières n'ont pas bougé, ont conservé leur identité originale.

D’autres, comme Auvergne-Rhône-Alpes ou Bourgogne-Franche-Comté, se sont contentées d'accoler les anciennes appellations. Cependant, dans le Nord ("Hauts-de-France"), dans l'Est ("Grand Est") ou dans le Sud-Ouest ("Nouvelle Aquitaine »), les discussions ont été plus vives. « L’Occitane » remplace le Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées. Quant à la Normandie, elle restera « Normandie »

Ces nouveaux noms de région deviendront officiels par décret du conseil d’Etat avant le 1er octobre prochain.