De nombreuses études l'on prouvé : laisser tremper le riz plusieurs heures, puis le rinçer à grande eau et le cuire dans cinq fois son volume d'eau permet de réduire la présence d'arsenic.

Cuire le riz avec la juste quantité d’eau jusqu'à son absorption ne suffit pas à éliminer l'arsenic

Cela peut paraître anodin, mais la façon de cuire le riz peut à long terme nuire à votre santé, selon une étude menée par une équipe scientifique de la Queens University de Belfast (Irlande du Nord). Les chercheurs expliquent que la technique répandue en Occident qui consiste à cuire le riz avec la juste quantité d’eau jusqu'à sa totale absorption ne suffit pas à éliminer la présence de l'arsenic présent dans les grains.

Pour rappel, le riz est issu d'une plante dont les racines poussent dans l'eau des rizières saturées en pesticides. La céréale fixe bien l'arsenic et en conserve malheureusement une bonne partie après cuisson. Et ce semi-métal peut créer une intoxication chronique pouvant causer de très nombreux problèmes de santé, comme des maladies cardiovasculaires, du diabète ou encore l'apparition de certains cancers.

Laisser tremper les grains toute une nuit et les cuire dans 5 fois leur volume d'eau

De précédents travaux avaient déjà montré que la teneur en arsenic chute lorsque le riz est abondamment rincé à l'eau, plusieurs fois avant la cuisson, et qu'il est cuit dans une plus grande quantité d'eau (six verres d'eau pour un verre de riz), comme il est souvent préparé en Asie du Sud-Est. L'excédent d'eau de cuisson étant ensuite jeté, la teneur en résidus d'arsenic est ainsi réduite lorsque de l’eau non contaminée est utilisée.

Le professeur Andy Meharg de la Queens University a livré ses conseils sur la BBC. Il recommande ainsi de laisser tremper les grains toute une nuit avant de les cuire dans 5 fois leur volume d'eau. En rinçant également le riz à grande eau avant la cuisson, le scientifique explique que cette méthode permet d'éliminer la présence d'arsenic dans le riz de près de 80 %.