La réforme des retraites à points est prévue pour l’automne 2019. Le gouvernement aurait décidé d’y inscrire un « âge pivot » de 64 ans. 

Un système de bonus-malus

Pas de modification de l’âge légal de départ à la retraite mais le gouvernement souhaiterait instaurer un « âge pivot » fixé à 64 ans. Un système qui permettrait de créer un bonus-malus sur les pensions avant et après l’âge fixé. D’après Challenges, cette décision prise au mois de mai aurait pour but d’inciter les actifs à travailler plus longtemps, sans changer l’âge légal. 

« Cela permet d’équilibrer financièrement le système et d’éviter les déficits prévus dans les décennies à venir », confie un proche du dossier à Challenges. Concrètement, les actifs qui partiraient entre 62 et 64 ans toucheraient une pension plus faible que ceux qui prendraient leur retraite après 64 ans. Ces derniers bénéficieraient d’un bonus. 

Un projet de longue date

C’est une mesure qui était dans les cartons du gouvernement depuis quelques temps. À plusieurs reprises, le président Emmanuel Macron avait évoqué l’âge de 64 ans comme « point d’équilibre de notre régime de retraite », s’appuyant sur les travaux de Jean-Paul Delevoye, Haut-Commissaire en charge de la réforme des retraites à point. 

Le nouveau système de retraites, qui sera débattu à l’automne, devrait entrer en vigueur le 1er janvier 2025. Une augmentation d’un mois par génération est prévue pour atteindre l’âge de 65 ans en 2037. « C’est une manière de reculer l’âge de départ de la retraite sans le dire », a confié un haut fonctionnaire de Bercy au journal.

À lire aussi : Retraite : quelles sont les villes idéales pour s’installer ?