Acheter une voiture d'occasion permet souvent de faire une bonne affaire et de limiter les dépenses. Mais il faut se méfier des arnaques et des vices cachés.

Vente de voiture sur Internet : certaines annonces sont des arnaques

L’achat d’une voiture d’occasion est souvent une source de stress de la part des acheteurs qui n’ont qu’une peur : se retrouver avec un véhicule qui a un vice caché. Une arnaque malheureusement très répandue, en particulier sur les sites de vente en ligne.

Mathieu Bailleul et Laura Gamblin en ont fait les frais en août 2017, quand ils ont trouvé une annonce alléchante proposée par un garagiste sur le web : une Citroën Berlingo multispace 1.6 HDI, 90 CV avec 140 000 km au compteur et un prix de vente très intéressant s’élevant à 4 490 €. Hélas, une fois la voiture achetée, ils réalisent qu’ils se sont fait arnaquer.

Recours contentieux en cas de vice caché

L’histoire, racontée par la Voix du Nord, nous montre à quel point certains vendeurs peuvent se montrer malhonnêtes. En effet, la nouvelle propriétaire aurait retrouvé une facture dans le véhicule sur laquelle était écrit « suite remplacement kit clé/BSI/calculateur moteur par pièce, le compteur kms est passé de 144 451 km à 243 456 km, soit une différence de 99 0005 km » ! Une dizaine d’anomalies sont également constatées par un garagiste notamment « une détérioration importante au niveau du pare-chocs ou encore le mauvais fonctionnement d’une porte latérale ».

Décidé à « annuler la vente et être remboursé », le couple compte porter plainte. En cas de litige, il est en effet possible de faire un recours contentieux devant les tribunaux civils pour engager la responsabilité du vendeur. Par ailleurs, la DGCCRF (Direction générale de la consommation, de la concurrence et de la répression des fraudes) peut donner des informations sur la démarche à suivre (appeler le 3939).

Mais pour Mathieu et Laura, un recours à la justice n’aura pas été nécessaire. En effet, Julien Courbet, animateur de l’émission Ça peut vous arriver, a réussi à obtenir du garagiste peu scrupuleux le remboursement intégral de la voiture. Une histoire qui finit bien mais risque de se renouveler : quelques jours plus tard, la voiture était de nouveau en vente au même prix sur Internet.

Lire aussi : Vols de voitures sans effraction : êtes-vous concerné ?