Les vacanciers détenteurs d'euros doivent être vigilants quand ils choisissent leur destination. En effet, sur place la monnaie n'a pas la même valeur en fonction des pays et l'inflation subie joue un rôle dans les dépenses.

Des vacances en Haïti ou en Islande sont les meilleures pour le portefeuille

Dans quels pays partir en voyage sans se ruiner ? Le site Internet TransferWise a analysé de nombreuses données afin de connaître les destinations les plus chères. Une analyse de l’inflation et la valeur des monnaies locales par rapport à l'euro de 139 pays entre 2018 et 2019 a permis d'établir un classement, révélé par Le Monde.

Tout d'abord, les bonnes nouvelles. Selon les taux de change avec la monnaie locale et l’évolution des prix dans le pays, le pouvoir d’achat des Européens a le plus augmenté en Haïti. Pour ceux qui souhaitent rester sur le continent, il est préférable de se rendre en Islande, où le gain pour les détenteurs d'euros est tout de même de 8% en un an. 

Les pays à éviter : États-Unis, Égypte, Thaïlande et Japon

A contrario, les États-Unis sont une destination qui coûte 6% plus cher en 2019 qu’en 2018, en raison de l’appréciation du dollar. La Thaïlande et le Japon sont aussi des destinations plus onéreuses de 7% pour les porteurs d’euros, une évolution là aussi plus liée à l’appréciation des monnaies locales qu’à l’inflation. Les différences s'expliquent davantage par la hausse des devises locales face à l’euro que par un regain d’inflation. Ainsi, l’Égypte, où l’inflation atteint 14,1%, le pouvoir d’achat pour un touriste français a augmenté de 27% en un an ! 

Enfin, TransferWise a également analysé les frais cachés de 89 banques locales lors de retraits d’argent effectués dans une vingtaine de pays. « Les vacanciers doivent faire particulièrement attention lorsqu’ils changent ou retirent de l’argent dans un distributeur automatique à l’étranger, car ils dissimulent souvent des frais supplémentaires », avertit Pedro Martin, analyste chez TransferWise, dans le quotidien.

À lire aussi : Voyage : l’art de la valise idéale