En 2015, la consommation d’énergie au sein de l’Union européenne était inférieure à celle de 1990. Les pays baltes ont particulièrement diminué leur consommation, tandis que la France se classe parmi les mauvais élèves.

Baisse de la consommation énergétique dans l’Union européenne

Selon des chiffres publiés ce lundi 20 février par l’Office de statistiques européen, la consommation brute d’énergie de l’Union européenne (UE) est tombée en 2015 sous son niveau de 1990. Eurostat précise par ailleurs que « la consommation intérieure brute d’énergie, qui reflète la quantité d’énergie nécessaire pour satisfaire l’ensemble de la consommation intérieure, s’est élevée dans l’Union européenne à 1 626 millions de tonnes équivalent pétrole (Mtep), soit un niveau inférieur à celui de 1990 (-2,5 %) et en baisse de 11,6 % par rapport à son pic de près de 1 840 Mtep relevé en 2006 ».

Ce sont dans les pays baltes qu’ont été enregistrées les plus fortes baisses de consommation d’énergie en 2015 par rapport à 1990 : - 57 % en Lituanie, - 45 % en Lettonie et – 37 % en Estonie.

La France parmi les mauvais élèves

La France fait partie des pays européens les plus consommateurs : avec 253 Mtep, elle représente 16 % de la consommation totale d’énergie dans l’UE et se classe juste derrière l’Allemagne (314 Mtep, 19%). Par ailleurs, en France, la demande d’énergie a augmenté par rapport à 1990, passant de 228 Mtep à 253 Mtep, soit une hausse de 11 %.

Autre mauvaise nouvelle : la dépendance de l’UE aux importations de combustibles fossiles augmente. En 2015, trois tonnes étaient importées pour une tonne produite, contre une pour une en 1990. Sur les 28 États européens, il n’y a que la France, la Finlande et la Suède pour lesquels moins de la moitié de la consommation d’énergie provient de combustibles fossiles, note Eurostat.

À lire aussi : Comment détecter les déperditions d’énergie ?