Une nouvelle espèce de crocodiles, découverte au Gabon, intéresse beaucoup les scientifiques qui se demandent comment ces spécimens, aveugles, ont pu se retrouver dans une grotte, totalement isolés de l’extérieur.

Un crocodile orange, aveugle, qui ne vit qu’au Gabon

Il est sur Terre, des espèces animales qui parviennent à survivre dans des environnements surprenants. C’est le cas des tétras mexicains, ces poissons qui, après avoir été enfermés, il y a 500.000 ans, dans une grotte, au Mexique, ont fini par se développer sans yeux, puisque l’usage de la vue leur était devenu superflu. C’est peut-être également le cas des crocodiles des grottes d’Abanda, au Gabon, une espèce unique au monde, qui a récemment été découverte.

Ces crocodiles ont été découverts pour la toute première fois au cours d’une expédition, en 2010. Ces spécimens ont la particularité d’être de couleur orange, d’une relative petite taille (le plus grand mesurait 1,70m) et de se nourrir quasiment exclusivement de chauves-souris. Ils vivent dans le noir complet, pour la plupart d’entre eux, car le seul accès possible au réseau dans lequel ils vivent est un aven qui mesure 7m de profondeur.

Comment ces crocodiles se sont-ils retrouvés enfermés dans une grotte ?

Les scientifiques qui s’intéressent à ce sujet ne savent toujours pas comment ces crocodiles se sont retrouvés dans ces grottes. Sur le site dédié à cette expédition, le Dr David Sebag explique que « l’idée d’un forçage géologique à travers le rejeu de failles qui aurait individualisé un compartiment et isolé une population » pourrait expliquer l’existence de cette espèce.

Une chose est sûre, ces crocodiles sont, en de nombreux points, différents de leurs congénères extérieurs. « Si leur aspect physique rappelle [...] le crocodile nain, ils sont beaucoup plus trapus, aveugles, et leur peau est d’une couleur orange clair à orange vif, ce qui n’a jamais été observé en extérieur », explique le site de l’expédition, qui précise en outre que les premières analyses ADN effectuées en 2010 ont montré une différence génétique qui pourrait indiquer que cette espèce est isolée depuis plusieurs millénaires.

À lire aussi 10 % des espaces sauvages de la Terre ont disparu en 20 ans