Une décision était attendue, ce mardi 6 mars 2018, sur un éventuel renvoi du principal suspect devant la cour d’assises. Une lettre anonyme relance l'affaire...

Les débats rouverts après l’envoi d’une lettre anonyme au procureur

La chambre de l’instruction de la cour d’appel d’Amiens devait décider si Willy Bardon serait renvoyé devant les assises. Ainsi, seize ans après le viol et le meurtre d’Elodie Kulik, un procès pourrait se tenir. Mais un rebondissement est venu perturber cette affaire. Le parquet général a expliqué que sa décision avait été renvoyée au 30 mars. 

Les débats ont en effet été rouverts après l’envoi d’une lettre anonyme au procureur. Suite à la diffusion d’un reportage de TF1 diffusé en janvier sur l’affaire, l'auteur aurait décidé d'intervenir et désignerait une personne qu'il conseillerait d'entendre dans ce dossier. Ce témoin pourrait avoir des choses à dire sur le meurtre d’Elodie Kulik, dont le corps en partie calciné avait été découvert par un agriculteur en janvier 2002 dans un champ près de Tertry (Somme). 

Un nouveau témoin pourrait apporté des renseignements sur le meurtre

Pour rappel, avant de mourir, la jeune femme de 24 ans avait réussi à appeler les secours, qui avaient distingué derrière ses cris deux voix d’hommes au fort accent picard. Et la voix de Willy Bardon avait été reconnue par l’ancienne compagne de Grégory Wiart et par cinq des six hommes placés en garde à vue en même temps que lui en janvier 2013.

Ainsi, dix ans aprè sle meurtre, l’enquête avait connu un tournant avec l’identification par recoupement d’ADN d’un suspect, Grégory Wiart, mort dans un accident de voiture quelques mois après le meurtre. Willy Bardon était l’un de ses amis.

À lire aussi : Michel Cardon, l'un des plus vieux prisonniers de France, demande la grâce présidentielle