Les consommateurs n'y échapperont pas : comme prévu par le gouvernement, l'augmentation de 5,9% du tarif réglementé de l'électricité est repoussée, mais se fera bien au printemps.

Une hausse des tarifs de l'électricité de 5,9% au printemps

Si le gouvernement respecte sa promesse de geler la hausse du tarif réglementé de l'électricité, celle-ci ne sera effective qu'au printemps. La Commission de régulation de l’énergie (CRE) a confirmé ce qu'elle avait annoncé en janvier : l’augmentation devrait bien s’établir à 5,9%.

Cette autorité indépendante, notamment chargée de veiller au bon fonctionnement du marché de l'électricité, propose de fixer le prix du mégawatt-heure à 8,3 euros HT pour les foyers abonnés aux tarifs bleus. Et la CRE d'expliquer que cette évolution tient compte de « l'augmentation importante des prix sur les marchés de gros de l'énergie [...] en raison de la conjoncture internationale. » 

La France, pays européen où l'électricité est la moins chère

Le ministère de la Transition écologique a, pour sa part, décidé de ne pas appliquer ces hausses tarifaires « tant que la période de chauffe hivernale ne sera pas terminée ». Les 26 millions de foyers abonnés concernés doivent se préparer : ils subiront donc cette hausse de leur facture au printemps.

Pour rappel, ce gel des tarifs avait été décidé par l'exécutif pour répondre à une des revendications des Gilets Jaunes et donc tenter de calmer leur colère. Les pouvoirs publics affirment, eux, que la France est l’un des pays européens où l’augmentation est « la plus contenue » et où « l'électricité demeure la moins chère »

À lire aussi : Comment réduire sa facture d’électricité en hiver ?