Le LAAS, un laboratoire toulousain, va prochainement accueillir un robot humanoïde dernière génération. Cette nouvelle recrue prendra ses fonctions à partir du 9 février prochain. Il a déjà démontré ses capacités à porter des charges lourdes et est conçu pour mieux interagir avec l’environnement.

Pyrene ouvre un nouveau chapitre de la robotique

Pyrene a été fabriqué par la société espagnole PAL pour le Laboratoire toulousain d’analyse et d’architecture des systèmes (LAAS-CNRS). Ce nouveau robot possède des capteurs d’efforts au niveau de ses articulations, ainsi qu’une électronique puissante.

Pyrene, dont le nom est « inspiré de la mythologie » mais également de la chaîne de montagne séparant les deux partenaires à l’origine de sa conception, sera donc plus performant que les générations de robots précédentes. « Depuis dix ans, l’algorithmique développée par l’équipe Gepetto du LAAS-CNRS a permis de démontrer les capacités locomotrices des robots humanoïdes », affirment les chercheurs.

Un robot capable de porter des charges lourdes mais pas seulement

Ce nouveau robot humanoïde est doté de capteurs qui permettent de maintenir son équilibre. Si, pour le moment, il est seulement capable d’effectuer les mouvements de base, d’ici plusieurs mois, « la plateforme Pyrene permettra de réaliser des tâches complexes, telles que la locomotion sur des terrains accidentés, et plus seulement sur des sols plats, ou l’interaction en toute sécurité avec les êtres humains ».

Lorsque la programmation sera plus avancée, Pyrene pourra donc aider les humains dans certaines tâches difficiles. Le robot entrera en fonction le 9 février 2017 et pourrait même, dans un deuxième temps, être présenté au grand public lors d’évènements de culture scientifique à Toulouse

À lire aussi : Une startup développe un robot autonome surprenant