L’arrêt de plusieurs réacteurs nucléaires rendra la sécurité électrique plus difficile à assurer cet hiver. Ainsi, en cas de grand froid, le réseau de transport électrique (RTE) prévoit l’application de mesures exceptionnelles.

La ministre de l’Énergie affirme qu’il n’y aura pas de pénurie

Même si un tiers des parcs nucléaires sont à l’arrêt, Ségolène Royal écarte tout risque de pénurie d'électricité pour cet hiver. Les réacteurs sont à l’arrêt pour des raisons de maintenance technique ou parce que des contrôles sont en cours. EDF a récemment reporté le redémarrage de 5 de ses réacteurs à la fin du mois de décembre.

« Non, il n’y a pas de risque de pénurie », a déclaré la ministre, interrogée sur Europe 1. « C’est une très bonne chose, finalement, qu’un certain nombre de réacteurs soient contrôlés sous la responsabilité de l’Autorité de sûreté nucléaire », a-t-elle ajouté. Le PDG d’EDF a assuré qu’un maximum de réacteurs fonctionneraient lorsque la demande en électricité serait forte, notamment entre décembre et février.

Une campagne pour inciter les Français à faire des économies d’énergie

Si tous les Français sont assurés d’avoir de l’électricité cet hiver, ils ne doivent pas pour autant gaspiller cette énergie. Ségolène Royal a lancé une campagne pour inciter les consommateurs à économiser de l’énergie. « Savez-vous par exemple que si tous les Français éteignent, dans tous les bureaux et dans tous les domiciles, les appareils en veille, c'est l'équivalent d'un réacteur nucléaire ? » a-t-elle affirmé.

Vingt des 58 réacteurs d’EDF étaient à l’arrêt vendredi dernier. Douze d’entre eux font l’objet de contrôles de sûreté demandés par l’Autorité de sûreté nucléaire en raison de leur teneur excessive en carbone. Cette anomalie pourrait réduire leur résistance.