Un nuage de pollution toxique recouvre en ce moment 10 % de la Chine. Le taux de particules fines dépasse de huit fois le seuil recommandé par l’OMS.

10 % du pays recouvert par un nuage de pollution

De nombreuses villes du nord de la Chine sont aux prises avec un nuage de pollution qui sévit depuis cinq jours. Les autorités ont lancé l’alerte et dans près de 10 % du pays, de nombreux vols ont été annulés, des autoroutes ont été fermées et les hôpitaux se surchargent de patients venus consulter pour des crises d’asthme, des trachéites ou des bronchites.

L’alerte a été lancée vendredi 16 décembre et devrait se poursuivre encore plusieurs jours. Selon les analyses effectuées par les services sanitaires, le taux de particules fines 2,5 PM (moins de 2,5 microns) était d’environ 200 par mètre cube d’air, soit huit fois plus que le seuil recommandé par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Le nuage devrait désormais se dissiper

Les services météorologiques de Pékin demeurent optimistes pour les jours qui viennent et estiment que le pic de pollution a été atteint lundi 19 décembre au soir. Le nuage devrait désormais se dissiper dans les jours qui viennent.

En Chine, la pollution est principalement provoquée par les usines de charbon qui produisent l’électricité et le chauffage des habitants. Les autorités ont pris ce problème au sérieux et le gouvernement a annoncé la prochaine fermeture de 1 000 usines dans tout le pays. Depuis 2013, le pays a adopté un véritable arsenal anti-pollution. C’est notamment cette année-là que des seuils d’alerte ont été fixés.

À lire aussi : Pollution : comment se protéger efficacement ?