Manger sainement, faire du sport ou encore boire raisonnablement de l'alcool font partie des recommandations de l'OMS pour réduire les risques de démence. Cette maladie touche environ 50 millions de personnes à travers le monde.

Un mode de vie sain réduit les risques de démence selon l'OMS

Selon les dernières recommandations de l'Organisation mondiale de la santé, le fait de pratiquer une activité physique régulière, de ne pas fumer, d'éviter le mauvais usage de l’alcool, de contrôler son poids, en privilégiant une alimentation saine et en s’efforçant de conserver une bonne tension artérielle notamment, peuvent aider à réduire le risque de déclin cognitif et de démence.

Et il s'agit d'un vrai problème dans les sociétés actuelles ! En effet, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS estime : « Au cours des 30 prochaines années, le nombre de personnes atteintes de démence devrait tripler. Nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour réduire le risque de survenue de la démence... ». La démence touche environ 50 millions de personnes à travers le monde. Et près de 10 millions de nouveaux cas sont constatés chaque année. 

L'OMS encourage l’élaboration de politiques et de plans nationaux sur la démence

Pour parvenir à de telles conclusions, l’OMS a créé l'Observatoire mondial de la démence, en décembre 2017. Il s'agit d'une compilation des informations relatives aux activités et aux ressources des pays concernant cette maladie, tels que les plans nationaux, initiatives visant à améliorer la manière dont la démence est perçue, les campagnes de sensibilisation et les établissements de soins. Des données provenant de 21 pays dont le Bangladesh, le Chili et la France.

L'OMS détaille les domaines d’action : le renforcement des systèmes d’information relatifs à la démence, le diagnostic, le traitement et la prise en charge de la démence, le soutien aux aidants des personnes atteintes de démence et enfin, la recherche et l’innovation. Parmi les principales recommandations que l’OMS adresse aux pays pour les soutenir dans leurs efforts, il y a l’élaboration de politiques et de plans nationaux sur la démence.

À lire aussi : Alzheimer : l'anxiété, premier symptôme de la maladie ?