Un immense sanctuaire de protection vient d’être adopté en Antarctique. Une zone de 1,55 million de kilomètres carrés est, pour la sauvegarde d’un écosystème fragile, désormais interdite d’exploitation.

1,55 millions de kilomètres carrés protégés en Antarctique

La Commission pour la conservation de la faune et de la flore marine de l’Antarctique (CCAMLR), réunie en Australie à l’occasion de sa réunion annuelle, vient de voter l’instauration d’une immense zone protégée dans la mer de Ross, située en Antarctique.

D’une superficie de plus de 1,55 million de kilomètres carrés, dont 1,12 million sont interdits à la pêche, ce sanctuaire devra participer à la protection de cette région située côté Pacifique, et placée sous la juridiction de la Nouvelle Zélande.

La Nouvelle-Zélande et les États-Unis soutiennent ce projet

« L’accord final tient en équilibre la protection marine, la pêche durable et les intérêts scientifiques », a ainsi déclaré le ministre néo-zélandais des affaires étrangères, Murray McCully, après avoir annoncé que certaines modifications avaient été apportées au projet initial soutenu par son pays et les États-Unis. « Les frontières de l’aire marine protégée (AMP) restent cependant inchangées », a encore ajouté le ministre.

Si l’Antarctique est encore relativement protégé de l’activité humaine, certaines zones sont toutefois menacées par la pêche et la navigation. Cette aire de protection permettra de sauvegarder un écosystème unique, qui abrite pas moins de 10 000 espèces uniques dans un océan qui représente 15 % de tous les océans de la Terre.

Vous aimerez aussi : Les banquises de l'Arctique et de l'Antarctique