En Ukraine, une association construit des refuges destinés à accueillir des ours ayant été victimes de maltraitance. Les ours y sont soignés et évoluent dans des enclos à l’air libre.

L’association Quatre Pattes s’occupe des ours maltraités

En Ukraine, l’association Quatre Pattes offre, depuis 2012, une seconde vie aux ours ayant été victimes de maltraitance, qu’ils aient été utilisés pour l’entraînement de chiens de chasse, malmenés dans des centres de combats d’ours, ou exploités dans des cirques et restaurants pour divertir les clients. Les ours qui servent à entraîner les chiens de chasse subissent des sévices d’une grande cruauté : ils sont sous-alimentés, enchaînés et leurs griffes sont partiellement retirées afin d’éviter qu’ils ne blessent les chiens. D’après Quatre Pattes, retirer les griffes d’un ours représente une grande souffrance, équivalente à celle que ressentiraient les humains si on leur coupait le bout des doigts.

Si une loi a interdit en 2015 d’avoir recours aux ours pour entraîner les chiens de chasse, la pratique continue d’être courante en Ukraine : d’après Quatre Pattes, une vingtaine d’ours continueraient d’en être victimes. C’est pour réhabituer les ours à vivre dans des conditions normales que l’association a créé, en 2012, un refuge dans lequel les ours maltraités sont soignés et évoluent dans des enclos à l’air libre.

Un nouveau refuge en 2018

Le refuge de Jytomyr, mis en place par Quatre Pattes dans le nord-ouest de l'Ukraine, abrite cinq ours rescapés. Mais les capacités d’accueil du centre ont atteint leurs limites. C’est pourquoi l’association fait construire un nouveau centre, dans les environs de la ville de Lviv, dans l’ouest de l’Ukraine, près des Carpates, l’environnement d’origine des ours.

La construction de ce nouveau refuge, baptisé Forêt d’ours, devrait être achevée d’ici 2018. Ses capacités d’accueil seront supérieures à celles du centre existant, puisque Forêt d’ours pourra recevoir jusqu’à 20 ours victimes de maltraitance. 

À lire aussi : 39 ours recensés dans les Pyrénées en 2016